L’Italie est le premier pays européen à se confiner pour freiner la propagation du coronavirus. Fortement touché, il est à ce jour le pays le plus endeuillé du monde.

Benedetta, maman milanaise de 29 ans, nous ouvre les portes de l’appartement milanais qu’elle partage avec Marco, son mari et Ludovico, leur fils âgé de 6 mois.

Elle travaille pour une entreprise de consulting spécialisée dans le digital. Fort heureusement pour la jeune maman, le confinement tombe pendant son congé parental. Elle en profite donc pour prendre soin de sa nouvelle petite famille, en toute sérénité.

 

Le confinement est très respecté ici

Depuis le 10 mars dernier, toute l’Italie est confinée. Donc tout le monde doit rester à la maison. Seuls sont autorisés, les déplacements pour aller faire ses courses, promener son chien ainsi que les trajets pour se rendre sur son lieu de travail, pour ceux et celles qui ne peuvent pas exercer leur activité depuis leur domicile ; particulièrement toutes les personnes qui permettent au pays de fonctionner dans ce contexte de crise.

Tous les commerces, bars, restaurants, et bureaux sont fermés. Par contre, les transports publics, les pharmacies, et les supermarchés restent ouverts. Les rues sont complètement désertes, à tel point qu’on entend les oiseaux chanter !

En ce qui nous concerne, nous nous faisons livrer les courses. Pour celles qui nécessitent de se déplacer, mon mari se rend chez le vendeur de légumes, une fois par semaine. Moi par contre, je ne sors pas avec le bébé car ce n’est pas permis. Seuls les parents isolés ont le droit d’aller faire leurs courses avec leurs enfants.

Toutefois, tous les quinze jours, je m’accorde une petite sortie pour m’aérer.

Le confinement est très respecté ici. Chacun.e essaie donc de tirer le meilleur de la situation à sa manière. Nous, les italien.ne.s sommes assez créatifs dans l’ensemble!

Les activités sportives en ligne comme des cours de yoga, de Pilate sont très populaires pendant cette période. Les challenges en ligne permettent également à des communautés de se retrouver autour d’une passion partagée, en mêlant plaisir et effort !

 Il est important pour nous, de garder un certain rythme dans nos journées, même en étant confinés à la maison !

J’essaie de profiter pleinement du confinement pour passer du temps avec mon bébé, d’autant plus que je ne travaille pas du tout. J’ai mis en place un emploi du temps, pour instaurer une routine et surtout pour diversifier les activités au fil de la journée. Avant la quarantaine, nous avions l’habitude de sortir aussi bien en matinée que les après-midis. Il est donc important pour nous de garder un certain rythme dans nos journées, même en étant confinés à la maison !

Une journée-type ressemblerait à celle-ci :

11h : je participe à un cours en ligne : « mother and kids yoga » qui réunit un groupe de mamans avec des bébés en bas âge. C’est également l’occasion de partager comment chacune de nous vit cette situation.

 Ensuite, viens l’heure du déjeuner. Je nourris tout d’abord Ludovico. Puis, mon mari me retrouve pendant sa pause.

L’après-midi, pendant la sieste du bébé, je lis des livres que je n’ai jamais le temps de lire lorsque je travaille. Ensuite, en fonction du temps qu’il me reste avant son réveil, j’anticipe sur le dîner ou je fais le ménage, le repassage.

J’aime cuisiner. La situation actuelle me demande d’être plus créative pour diversifier nos repas tout en proposant des menus sains.

En Italie, nous avons une habitude commune : manger une pizza tous les samedis soirs. Malgré le confinement, cette tradition a été maintenue. Chacun.e teste une recette différente chaque semaine et nous partageons nos réalisations. Les différents outils de communication à distance permettent de maintenir ce lien entre nous. Cela nous donne le sentiment d’être ensemble, de partager quelque chose de commun, même si nous sommes loin les uns des autres.

Reprenons le cours de ma journée : le reste du temps, en dehors des deux siestes de Ludovico dans la journée, je lui propose des jeux d’éveil. J’aime beaucoup chanter pour lui. Aussi bien des chansons que ma maman me chantait que des chansons plus modernes.  Je joue également du piano pour lui. Chaque jour, il découvre une nouvelle activité. Il est important pour moi de continuer à le stimuler, à développer tous ses sens malgré les contraintes liées à la situation actuelle.

19 h : C’est l’heure du bain. Mon mari travaillant actuellement de la maison, c’est l’un des moments qu’il apprécie particulièrement partager avec Ludovico. Du bain, j’entends leurs rires qui attestent de ces instants de bonheur partagé !

S’en suit alors l’heure du dîner pour tous les trois. Puis, mon mari et moi, nous nous accordons un moment pour regarder le journal télévisé puis un film pour clôturer la journée.

Je suis ravie que mon mari soit à la maison. Il profite davantage du bébé. Pendant ses pauses, il prend le temps de jouer avec le bébé, lui faire des calins… Ludovico en retour, exprime clairement sa joie de pouvoir passer plus de temps avec son papa.

Bien sûr, la famille et nos amis nous manquent énormément. Nos parents ne peuvent pas voir le bébé grandir, c’est une souffrance pour nous tout.e.s. Absence qu’on essaie de combler par des appels en visio réguliers.

En attendant de voir ce que demain nous réserve, nous profitons de chaque jour comme il vient. Reconnaissant.e.s d’être tout simplement ensemble, et surtout en bonne santé.

Un grand merci à  Benedetta pour ce partage qui laisse filtrer un rayon de lumière sur une Italie que nous savons très fortement touchée par le virus. Ses confidences ont été recueillies par Veronica que nous remercions pour sa générosité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*