Direction Abidjan, au cœur de la capitale Ivoirienne, où Yasmine Touré nous partage le quotidien de sa petite famille en confinement. Elle est mariée et maman de deux petites filles :  Maïna et Mira, âgées respectivement de 22 mois et 3 mois. A leur naissance, Yasmine s’est découvert  trois nouvelles passions qu’elle a à cœur de partager avec d’autres mamans (et papas) sur les réseaux sociaux.

1-L’allaitement et la maternité dans son ensemble. J’ai réalisé que l’éducation à l’allaitement est parfois très méconnue et pourtant, il y a vraiment des savoirs à transmettre et des techniques à maîtriser pour un allaitement facile et réussi. L’ayant pratiqué avec mes enfants assez longtemps, j’ai naturellement développé quelques techniques que je suis ravie de partager sur ma page instagram @allaitersimplement.

2-Les pratiques de la parentalité positive.  Ce sont pour moi des éléments clés pour éduquer et outiller mes filles pour qu’elles deviennent des personnes épanouies, résiliantes, qui croient en elles et qui ont conscience de leur valeur.  C’est pour moi également la base pour construire des relations solides et de confiance au sein de la famille. J’encourage donc les parents à en faire autant, à travers des conseils que je distille sur ma page @bidembaya

3-Les activités pour apprendre en s’amusant : mon nouveau “dada” qui s’est renforcé avec le confinement. Le travail des enfants étant de s’amuser, pourquoi ne pas leur proposer des jeux où ils vont également apprendre ? A partir de cette question, je suis entrée dans une phase d’expérimentation avec Maïna et elle adore ! Quelques partages de ces moments sur ma page personnelle @yasminehttt

 

La situation étant toute nouvelle, nous expérimentons

Depuis la fin du mois de mars, la situation est devenue assez compliquée à Abidjan. Les enfants ont arrêté l’école – ma plus grande partait à la crèche – tandis que les parents télé-travaillent. En ce qui nous concerne, mon mari et moi avons la chance de pouvoir travailler à distance. Je dois tout de même avouer que de façon générale, la situation est assez tendue. Tout le monde est sur le qui vive.

Pour l’instant, je n’ai pas encore trouvé la recette miracle d’une organisation qui conviendrait à tout le monde. La situation étant toute nouvelle, nous expérimentons, en espérant que d’ici-là, nous aurons trouvé la bonne formule ! En attendant, j’ai choisi la solution la plus simple, et je pense c’est ce qui va perdurer : je travaille quand elles sont occupées et/ou quand elles dorment.

Notre journée-type, du moins ce qui s’y assimile le plus

Le matin : Maïna est avec la nounou tandis que je veille sur Mira qui est dans son transat, tout en travaillant. J’ai la chance d’avoir une nounou smart et proactive. Pour occuper Maïna, on essaie de lui proposer des activités de Learn Through Play adaptées à son âge ; la crèche nous propose également des activités. Avec cette banque à idées, je programme chaque jour, au moins deux activités à faire ensemble ou avec sa nounou. Pour l’essentiel, ce sont des activités de motricité, sensorielles, de la lecture. Les parcours de plein air, dans la cuisine ou dans la piscine, toujours sous la surveillance d’un adulte, lui offre d’autres espaces pour se défouler !

Puis, vient l’heure du déjeuner.

En début d’après-midi, pendant que Maïna fait sa sieste, la nounou prend mon relai avec Mira. Ce qui me permet de travailler quasiment pendant 1h30-2h sans interruption.

A son réveil, impossible pour moi de m’y remettre ! Ce n’est qu’après 21H, une fois les filles endormies que je peux reprendre où j’en étais.

J’en profite donc pour passer du temps avec elle, regarder par exemple, un programme à la télévision. Pendant ces moments mère-fille, je lui lui parle en anglais. Elle s’amuse à faire comme maman ! Son passe-temps favori ! A côté de cela, pendant ses temps de loisirs elle joue également avec sa dinette, ses légos, sa voiturette…

Ce rythme de nos journées, s’applique aussi bien à mon mari qu’à moi. On alterne, en nous adaptant à notre nouvelle vie…

Les mamans du monde se suivent, mais ne se ressemblent pas. Cependant, elles ont en commun cette force et cette résilience. Déterminées, elles continuent de faire briller les étoiles dans les yeux de leurs enfants… même avec des rouleaux en carton!

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*