Notre tournée des #mamansdumonde confinées, nous conduit cette fois-ci à Zurich, en Suisse. C’est Veronica Gboka, maman italo-hongroise du petit Romeo âgé de 10 mois qui nous ouvre, virtuellement, les portes de leur maison. Sa famille est la rencontre de cinq cultures différentes : aux trois citées plus haut, se joignent la France et la Côte d’Ivoire pour Andy Gboka, son mari. Veronica  travaille dans la logistique, en tant qu’account manager pour une entreprise de transport en fret. « Pendant cette période de quarantaine, l’activité est beaucoup plus intense car nous acheminons de la nourriture et du matériel médical » nous confie t-elle dès les premières notes de cette discussion.

« Nous avons décidé de nous confiner volontairement.»

La Suisse a été l’un des premiers pays européens à être touché par le Covid-19 en raison de sa proximité avec l’Italie par la ville de Chiasso que les deux pays ont en partage. La ville s’est donc confinée en même temps que l’ensemble de l’Italie depuis le mois de Février, ce qui n’était pas le cas pour le reste de la Suisse. L’entreprise pour laquelle je travaille étant basée là-bas, ils ont vite réagi. Cela fait donc pratiquement 2 mois que je travaille de la maison. Dès lors, nous avons décidé de garder Romeo car ici, bizarrement, les crèches n’étaient pas encore fermées. Nous avons fait ce choix pour notre sécurité, celle du personnel de la crèche et bien évidemment pour celle des enfants dont les parents seraient susceptibles d’avoir une santé beaucoup plus fragile.

Je dois tout de même avouer que cela n’est facile pour aucun de nous. Mon mari et moi avons choisi de nous confiner volontairement au moment où cela n’était pas obligé en Suisse.

« Nous avons la chance de pouvoir compter sur ma mère ! »

Concernant notre organisation, nous avons la chance de pouvoir compter sur ma mère. En effet, il y a deux mois, Romeo était en vacances avec elle à Budapest. En nous le ramenant, avant de rentrer à Milan où elle réside, elle s’est retrouvée coincée ici car l’Italie venait de fermer ses frontières. Heureusement pour nous tou.t.e.s! En rentrant là-bas, elle aurait été confinée toute seule à la maison. Avec nous ici, elle peut passer plus de temps avec son petit-fils, le voir grandir, car elle n’en a pas souvent la possibilité. Pour nous, en travaillant de la maison, cela aurait été beaucoup plus compliqué de gérer Roméo en même temps. Mon mari qui exerce dans la finance, est particulièrement très chargé en ce moment. Tous les deux, nous passons régulièrement nos journées au téléphone. Nos interactions ayant lieu avec des client.e.s, donc des particuliers, travailler en dehors des heures classiques, nous est quasiment impossible. En étant trois adultes à la maison, notre répartition des tâches favorise une gestion quotidienne de la maison, très pratique pour tout le monde. Pendant nos pauses, chacun de nous passe du temps avec Romeo. Le reste du temps, il est avec ma mère.

 « La routine de Romeo a complètement changé. »

Bien sûr, s’occuper d’un enfant de 10 mois est beaucoup plus simple! En ce qui me concerne, je m’occupe surtout de la cuisine car c’est l’activité que je préfère à la maison. J’essaie de le faire goûter au plus de goûts possibles. Je cuisine principalement italien mais je découvre également d’autres cuisines. La cuisine végétarienne est ma favorite en ce moment, plus saine pour la période que nous vivons. Romeo aime me voir cuisiner, sentir les épices, toucher et surtout goûter tout ce que je fais ! Je lui ai acheté une tour Montessori qui lui permet d’être à ma hauteur dans la cuisine. Il y a un tiroir aménagé pour lui, il a le droit de l’ouvrir et d’en manipuler le contenu. Il contient essentiellement des épices, des boites qu’il adore ouvrir, refermer et ranger. Bien sûr, il n’a pas beaucoup de patience donc il ne tient pas longtemps. En ce moment, nous lui apprenons à manger tout seul. C’est sa découverte d’aliments tels que les crudités, les fruits…avec les mains. Plus récemment il a commencé à manipuler les aliments à la cuillère.

Pour ce qui est de  mon mari, il joue beaucoup avec lui, au ballon, des jeux rigolos et également des jeux dans le bain. Il est le plus efficace pour l’endormir, cette tâche lui est donc réservée !

Ma mère quant à elle, elle s’en occupe le reste de la journée. Il la suit partout à quatre pattes, c’est assez marrant ! Elle nous aide pour tout ce qui est ménage, rangement. Romeo aime la regarder faire. L’un de ses jeux préférés est de déranger le linge, surtout quand elle vient de le repasser…

La routine de Romeo a complètement changé. Il a toute la famille qui tourne autour de lui. Ce qui n’est pas pour lui déplaire !

Ma mère lui parle en hongrois, son papa en français et moi en italien. Actuellement, il est donc exposé à trois langues ! C’est très intéressant de le voir réagir à chacune d’elles. Etant donné qu’Il aime beaucoup qu’on lui lise des livres, nous lui offrons ce plaisir dans les différentes langues.

Je regrette un peu qu’il perde son contact avec l’allemand. Mais, étant encore petit, il pourra le rattraper quand tout cela sera derrière nous!

Un grand merci à Veronica Gboka dont le témoignage nous a fait voyager à travers le multiculturalisme de sa famille. La richesse du métissage et la puissance de la solidarité intergénérationnelle tels que présentés, sont une véritable ode d’espoir pour le monde de demain.

Ces propos ont été recueillis par Julia Mel que nous remercions chaleureusement pour sa contribution bienveillante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*